Accueil du site > Professionnels > 20. SERVICES DE SOINS À DOMICILE > 30. Soins à domicile et politique qualité

30. Soins à domicile et politique qualité

La démarche d’audit et de Formation-Action

L’avancé du service dans la création de certains documents, les actions qui résultent d’un travail interdisciplinaire des salariés mais aussi son nombre et ses types d’interventions, son organisation interne, sont autant d’éléments qui rendent unique un service de soins à domicile. C’est pourquoi, une formation, telle que je l’envisage en formation-action, ne peut être mise en place sans un audit préalable.

Auditer, c’est évaluer sur le terrain un certains nombres d’éléments suivant un référentiel précis. Pour toute demande de formation, ma démarche consiste à rencontrer le directeur du service puis récolter les informations sur le terrain afin de préparer une Formation-Action.

Qu’est-ce qu’une Formation/Action ?

Il s’agit de réaliser une action concrète concernant le service tout en formant les salariés. La démarche de formation-action permet :

  • de créer une dynamique grâce à un objectif concret à réaliser (projet personnalisé de l’usagé ...) ;
  • de prendre en compte les contraintes de l’établissement ;
  • de valoriser les salariés et de les mobiliser sur leurs pratiques ;
  • d’optimiser le temps ;
  • d’ancrer une méthodologie de projet et faire émerger les idées des professionnels du terrain ;
  • d’obtenir un résultat dès la fin de la formation ;
  • de vous accompagner dans votre procédure d’évaluation interne ;
  • de préparer de manière optimale la procédure d’évaluation externe de l’ANESM.

Le risque dans une formation classique, c’est d’utiliser les éléments méthodologiques et techniques que des semaines plus tard. Dans ce cas là, il est plus laborieux de mettre en pratique ce qu’un formateur nous a transmis en théorie.

Les formations que je propose sont personnalisés et mettent en adéquation votre spécificité, la législation et les recommandations de l’ANESM que vous retrouverez ci-dessous.

Vous pouvez me contacter pour toutes demandes d’informations complémentaires.

Les recommandations de l’ANESM

« Cette publication offre aux populations accompagnées des pratiques professionnelles adaptées, différenciées et bientraitantes. Ses objectifs : faciliter la prise de fonction des personnels, l’exercice professionnel dans la durée et les changements d’emploi au sein du secteur social et médico-social. Et contribuer à la prévention des risques de maltraitance involontaire des populations accompagnées ainsi qu’à la prévention des risques professionnels ».
Source l’ANESM

« La bientraitance est une démarche collective pour identifier l’accompagnement le meilleur possible pour l’usager, dans le respect de ses choix et dans l’adaptation la plus juste à ses besoins. Pour la mettre en œuvre, l’Anesm a identifié 4 repères : L’usager co-auteur de son parcours ; la qualité du lien entre professionnels et usagers ; l’enrichissement des structures et des accompagnements grâce à toutes contributions internes et externes pertinentes ; le soutien aux professionnels dans leur démarche de bientraitance ».
Source l’ANESM

« Cette recommandation donnera des repères communs quant à la prise en compte des attentes et des projets de la personne dans l’élaboration et la mise en œuvre du « projet d’accueil et d’accompagnement », plus communément appelé « projet personnalisé ».
Source l’ANESM

« L’objectif est de permettre une vie de qualité pour les personnes atteintes de maladie d’Alzheimer ou apparentées, en termes de bien-être et d’état de santé, jusqu’en fin de vie. Dans cette perspective, l’accompagnement en établissement médico-social a pour but : de préserver, maintenir et/ou restaurer l’autonomie de la personne, dans les choix et actes de la vie quotidienne comme dans les décisions importantes à prendre ; de mettre en place des mesures préventives et thérapeutiques des troubles psychologiques et comportementaux ; d’assurer à chaque personne un accès à des soins de qualité, sans discrimination liée à l’âge ou aux troubles cognitifs ; de soutenir les proches en fonction de leurs attentes, les aider à maintenir du lien avec le malade et de leur proposer une participation active au projet personnalisé. Ces objectifs se concrétisent à la fois dans le projet personnalisé co-construit avec chaque personne accueillie et dans le projet d’établissement ».
Source l’ANESM

« Ce document apporte des précisions sur la pertinence des activités déployées par les ESSMS et la qualité des prestations délivrées. Pertinence et qualité s’apprécient à l’aune de l’adaptation des réponses aux besoins et attentes des usagers, dans le cadre des missions imparties à l’établissement ou au service. Son ambition est d’apporter des repères méthodologiques à l’ensemble des ESSMS, quelle que soit la taille de la structure. S’engager dans la démarche d’évaluation implique d’identifier pour quoi et pour qui les ESSMS déploient leurs activités, les processus mis en place (articulations, organisation, intégration de ressources), ainsi que les effets pour les usagers. Ainsi, avancer de façon méthodique dans ce questionnement permet de repérer collectivement les points forts et faibles, les améliorations à engager et le niveau d’organisation à interroger au regard des effets pour les usagers ».
Source l’ANESM

« L’objet de la recommandation est de placer les acteurs de terrain en situation de responsabilité par rapport aux risques de maltraitance et aux actes de maltraitance avérés. Ainsi, elle propose des repères sur la thématique de la maltraitance au regard de la spécificité de l’accompagnement à domicile. Elle définit les principes et les dispositifs d’un management opératoire dans la prévention, le repérage et le traitement de la maltraitance à domicile. Cette recommandation concerne Les services sociaux et médico-sociaux proposant des accompagnements à domicile à des usagers adultes vulnérables : services d’aide et d’accompagnement à domicile (Saad), services d’accompagnement à la vie sociale (SAVS), services de soins infirmiers à domicile (Ssiad), services d’accompagnement médico-social pour les adultes handicapés (Samsah), services polyvalents de soins et d’aide à domicile (Spassad) ».
Source l’ANESM

« Cette recommandation a pour objectif de soutenir les cadres et les professionnels de terrain dans la construction de la démarche du projet d’établissement/service, dans sa rédaction, puis dans l’animation autour des objectifs choisis ».
Source l’ANESM

« Le champ du questionnement éthique est parfois difficile à appréhender pour les professionnels du secteur social et médico-social car il traverse différents domaines, en particulier : le droit des usagers, la bientraitance ou la prévention de la maltraitance et la démarche qualité ou l’évaluation. La recommandation a pour objectif de rechercher les modalités qui facilitent la mise en œuvre d’un questionnement allant vers une réflexion éthique sereine et distanciée au sein d’un service ou d’un établissement ainsi que les bénéfices apportés par cette démarche aux usagers, à leurs proches et aux professionnels ».
Source l’ANESM

« Cette recommandation concerne l’ensemble des services d’accompagnement (Sessad, Safep, Ssefis, Saaais, Ssad), quelle que soit leur spécialisation par type de handicap et/ou par âge et qu’ils soient autonomes ou non. Son objectif est de mettre en évidence des conditions qui facilitent et étayent la socialisation, la formation et la scolarisation des jeunes handicapés. Ces points de repère se situent à différents niveaux : les actions des Sessad auprès du jeune handicapé, dès le plus jeune âge jusqu’à l’âge adulte, et avec ses parents ; les actions en direction des environnements du jeune ; l’organisation interne et les relations partenariales du Sessad ».
Source l’ANESM

Isabelle Montanari Ergothérapeute D.E
SARL au capital social de 8000 €
n° SIREN : 537 773 426